Contacts
Category

Edition 2022

Home / Edition 2022
Edition 2022

Rencontre avec Dr Guillaume Ndayikengurutse

Le rôle des Memoires dans l’action quotidienne des burundais.
Après une excellente interprétation d’un extrait de la pièce de  théâtre HUTSI de Patrice Faye par deux comédiens Olivier et Isa, nous étions déjà plongés dans le vif du sujet.
Le Dr. Guillaume Ndayikengurutse commencera son intervention en mentionnant les regards différents par rapport à la problématique de l’ethnisme par les personnes issues des différentes générations d’âge.
Il poursuivra son intervention , qui fût marquée par plusieurs interactions avec le public, en révélant les dangers que court la jeunesse en préférant ignorer le problème qui sévit.
💡Plus on est informé , plus on en parle et plus on en parle , plus on s’inscrit dans une thérapie de résolution du problème , mentionnera-t-il.
Plusieurs interventions du public viendront enrichir la rencontre.
Pour rebondir sur quelques unes d’entre elles, nous reviendrons sur celle d’une jeune fille qui frôlait la vingtaine qui dans son apport au sujet avouera qu’elle est plus encline à tisser des liens d’amitié avec les personnes de la même ethnie car il y aurait des sujets plus aisés à aborder dans ce cas.
L’intervention d’un homme âgé de la quarantaine se voudra plus neutre en spécifiant , que malgré sa capacité à reconnaître l’ ethnie de la personne qu’il rencontre , il préfère découvrir l’être en soi et non partir sur des préjugés ethniques imposés par la société.
Où se trouve la vérité? s’exclama un jeune homme de la trentaine . Si j’arrive à reconnaitre l’ethnie de l’auteur rien qu’en lisant le livre, comment puis-je faire confiance à ce qui nous est présenté à lire? S’interrogea-t-il.
Un problème international révèlera une dame de la soixantaine. Il s’agit d’un problème qu’on retrouve partout au monde sous différentes formes. Que ce soit aux USA, en France , en Belgique (WALON ET FLAMAND) l’action quotidienne en est toujours impactée.
Plusieurs autres avis et expériences furent émis .
Pour conclure , face à cette problématique de taille , le Docteur rappellera que l’espoir reste dans la jeunesse qui peut changer la donne car ayant subi moins de choc ethnique . Elle peut ainsi avoir un oeil moins accusateur et partir sur des bases où l’individu est considéré en fonction de ce qu’il est au fond. Organiser des séances pour en parler reste une des meilleures pistes de solution.”
Pour plus d’actulalités suivez nous sur notre chaîne Youtube.
Edition 2022

Rencontre avec Perpétue Miganda

Rétrospective sur la 5ème rencontre sur les “Mémoires…” du 2 avril 2021
Des connaissances , des procédés, des représentations ;des mémoires collectives au sein d’une communauté développées et testées puis transmises de génération en génération au point de constituer identité d’un peuple. C’est ainsi que Perpétue Miganda nous introduira aux savoirs ancestraux.
Elle ajoutera que dans le Burundi traditionnel, la transmission des savoirs se faisait généralement au sein de la famille à travers divers activités , notamment les travaux agro-pastoraux , les séances de contes . On apprenait en travaillant!
Des questions ou plutôt des inquiétudes sorties du public venu assister à la rencontre.
Quelle est notre identité sans tous ces savoirs? Que nous reste-t-il?
Un jeune d’une vingtaine d’années, perplexe tout en restant pragmatique relança le débat sous un autre angle en demandant pourquoi tous ces savoirs ne nous sont pas enseignés ?
Le Burundi a longtemps été une civilisation végétale ( forte utilisition d’objet d’essence végétale) à plusieurs niveaux: l’habitat, l’alimentation, l’habillement , médecine etc.
Malheureusement , ces savoirs , pourtant précieux, tendent à se perdre progressivement au fil du temps : les personnes autrefois considérés comme des guérisseurs se cachent car désormais considérés comme des sorciers ou empoisonneurs, s’inquiéta-t-elle.
Perpetue Miganda ne manqua pas de parler des commémorations officielles qui ont marqué le Burundi traditionnel à l’instar de l’Umuganuro ; aujourd’hui inexistantes.
Beaucoup de trésors cachés et sur la route de l’oublie, renfermés dans les mémoires de rares personnes restent encore inconnus au Burundi
Pour plus d’actulalités suivez nous sur notre chaîne Youtube.
Edition 2022

Rencontre avec Liboire Kagabo

La mémoire et ses déformations

 Après un extrait de la pièce de théâtre “Déchirements” d’Antoine Kaburahe lu par Sabimbona Freddy et nuancée derrière une ombre chinoise à travers de la danse contemporaine signée Marc Legrand, ce beau spectacle ouvrit à la 4ème rencontre sur les “Mémoires…’.
Une introduction parfaitement travaillée par l’invité du jour, le Père Liboire Kagabo, ramènera le silence dans l’assemblée avant de réveiller des questionnements.
 Que garderont les futures générations des mémoires tronquées que notre histoire ne cesse de transmettre?
Toute mémoire n’est pas bonne à révéler dans la mesure où elle nuirait aux autres.
L’une des principales causes des déformations des mémoires ,soulignera l’invité, est que certaines mémoires sont jugées “pas bonne à révéler”.
Il poursuivra en disant que l’histoire du Burundi comporte plusieurs “faits joyeux” malgré que les souvenirs qui reviennent dans les discussions soient souvent liés aux différentes guerres.
 Des faits héroïques comme ceux des braves femmes qui se sont activement impliquées jusqu’à résoudre le problème entre les quartiers Ciboke et Kinama , aux Hutu et Tutsi morts les uns pour les autres peinent également à trouver leurs marques dans les histoires qui nous sont relatées .
 Y a t-il un espoir pour les générations à venir?
En effet, il s’agit d’un travail laborieux qui devrait parfois impliquer chaque individu quite à retrouver et vérifier les mémoires que nous gardons en commençant par remonter les histoires de nos familles respectives . Aussi est-il que face à ces déformations le danger nous guette et nous appelle à être plus vigilant.
Ecrire pour ne rien perdre! L’une des solutions dont la jeunesse devrait se servir pour briser le cercle vicieux des transmission de mémoires biaisées.
Pour plus d’actulalités suivez nous sur notre chaîne Youtube.
Edition 2022

Rencontre avec Louis Marie Nindorera

En marge des préparatifs de la 5ème édition du festival Buja Sans Tabou , le 2ème débat sur les “Mémoires” animé par Louis Marie NINDORERA a eu lieu ce vendredi 26 février 2021 au siège de Buja Sans Tabou.
Avant le début de ce débat, les spectateurs ont assisté à un spectacle afin d’être dans le bain des “Mémoires”. La performance était basée sur les ressentis, la recherche de l’identité par rapport à la transmission violente des mémoires, la mise en question des valeurs attribuées aux burundais en se basant sur des évènements violents ainsi que la perte d’identité par rapport aux normes religieuses.
Comment arrêter le cycle des TRANSMISSIONS VIOLENTES des mémoires ?
Un sujet qui visiblement interpelle beaucoup!
La deuxième rencontre fût marquée par plusieurs interventions du public (témoignages, avis et questionnements) .
La thématique développée sur divers points : de la mythologie positive dans la transmission des mémoires,à la justice et  différentes institutions(tant étatiques que familiales)qui ont un rôle clé à jouer dans la réparation des mémoires, en passant par les nuances portées par langue du Kirundi dans ses diverses contradictions , la sujet est très large .
Comment arriver à réunir, confronter et faire coexister les multiples mémoires individuelles?  Un défi majeur pour la société burundaise ,révélera l’audience.
Que faire et comment s’y prendre afin que les mémoires unissent et non détruisent ?
💡Face aux multiples interventions du public, le chercheur Louis Marie Nindorera,  plongé dans le vif du sujet,  préférera passer tout le débat en position debout comme pour marquer la pertinence et l’ampleur de la thématique abordée.
Pour plus d’actulalités suivez nous sur notre chaîne Youtube.
Edition 2022

Rencontre avec Dr Eric Ndayisaba

La 5ème édition du festival Buja Sans Tabou pointe à l’horizon. Le premier débat sur les “Mémoires” animé par l’historien Dr Eric NDAYISABA, enseignant en histoire et chercheur a eu lieu ce vendredi 12 février 2021 au siège de Buja Sans Tabou.
Avant le début de ce débat, les spectateurs ont assisté, autour du feu et dans un calme absolu, à la mise en scène du conte “Rusarorubenga”. Cette représentation a permis aux spectateurs d’être dans le bain des “Mémoires” tout en revivant la culture burundaise d’antan quand les enfants, autour du feu, écoutaient des histoires, des chantefables, proverbes fables, contes,… que leurs parents leur racontaient.
Parlant des mémoires, l’historien Dr Eric NDAYISABA explique que quand on parle de l’histoire du Burundi, l’opinion publique a tendance à faire allusion aux événements politiques tout en ignorant l’histoire dans sa globalité. “L’histoire est un domaine un peu plus vaste: l’histoire de l’habillement, de l’agriculture, de la mentalité, de la santé, …”, dit-il.
Tout en distinguant les mémoires collectives des mémoires personnelles, Dr Eric indique que les memoires sont beaucoup plus des thématiques très vastes. Il énumère les memoires culturelles (contes, fables, chantefables, proverbes, …), les mémoires du Burundi précolonial, les mémoires de la colonisation, les mémoires de la lutte indépendantiste et bien d’autres.
Pour plus d’actulalités suivez nous sur notre chaîne Youtube.
About Exponent

Exponent is a modern business theme, that lets you build stunning high performance websites using a fully visual interface. Start with any of the demos below or build one on your own.

Get Started
Instagram

[instagram-feed]

Privacy Settings
We use cookies to enhance your experience while using our website. If you are using our Services via a browser you can restrict, block or remove cookies through your web browser settings. We also use content and scripts from third parties that may use tracking technologies. You can selectively provide your consent below to allow such third party embeds. For complete information about the cookies we use, data we collect and how we process them, please check our Privacy Policy
Youtube
Consent to display content from Youtube
Vimeo
Consent to display content from Vimeo
Google Maps
Consent to display content from Google
Spotify
Consent to display content from Spotify
Sound Cloud
Consent to display content from Sound
Get a Quote