Contacts
Posts by

Moïse MAZYAMBO

Home / Blog Archive
Actualités

Une mutation bénéfique pour le théâtre burundais ?

« L’évolution n’est pas une simple éclosion sans peine et sans lutte, comme celle de la vie organique, mais un travail dur et forcé sur soi-même ». Cette phrase de Friedrich Hegel pourrait bien être à l’image de ce que vit le théâtre burundais depuis quelques années. Entre l’époque où la troupe Pili Pili faisait la pluie et le beau temps dans l’univers théâtral burundais et le festival Buja Sans Tabou, les choses ont bien évolué. Une évolution qui s’est faite non sans peine. Entre nostalgie et ouverture au monde, faisons un zoom sur cette nouvelle tournure que prend cet art au Burundi.

 

Un bond en avant conséquent

En dix années, lire la suite…

Edition 2020

Buja Sans Tabou 2020 : Buyenzi, berceau de l’indépendance !

Dans l’inconscient collectif de la plupart des habitants de Bujumbura, Buyenzi rime avec «swahili », « mécanique » ou encore « Kahawa ». Cependant, nombreux sont ceux qui ignorent la part importante de ce quartier dans l’histoire politique du Burundi. Ce quartier qui a vu naitre le premier parti politique du Burundi semble être, à la lecture de son histoire, le parent non reconnu de l’indépendance de la nation burundaise. C’est en substance ce que donne à comprendre la pièce « Plus de circoncision » jouée par la troupe Lampyre dans le cadre du festival Buja Sans Tabou. Une pièce jouée en plein milieu de la 14e avenue, là même où le Prince Louis RWAGASORE prononçait le discours de l’indépendance plus d’un demi-siècle plus tôt.

Burundais et fier de l’être

Même si la pièce s’est entièrement jouée en swahili (la langue la plus parlée de ce quartier), « Plus de circoncision » est avant tout lire la suite …

Edition 2020

Buja Sans Tabou 2020 : la leçon de théâtre d’Etienne MINOUNGOU

Ça y est, le festival Buja Sans Tabou a baissé le rideau, après une semaine d’histoire, de théâtre et d’émotion. L’occasion pour moi de revenir sur une rencontre marquante. Celle d’une pièce mais aussi celle d’un homme. « M’appelle Mohamed Ali », a marqué mon esprit par sa profondeur et la profondeur de l’homme qui incarne à lui seul cette pièce. C’est une vraie leçon de vie mais également une leçon de théâtre. Car si la pièce est le reflet de la vie d’Etienne MINOUNGOU, elle donne de la matière pour tout comédien qui aspire à la grandeur. Et même si le sujet parait presque révolu pour les uns, il ne reste pas moins l’expression d’une plaie que le théâtre africain veut aujourd’hui guérir.

Boxer avec les mots

A moins de l’avoir déjà vu, on s’attend à voir l’histoire  de la légende Mohamed Ali raconté par un acteur. Et l’on se rend compte très vite, dès les premières phrases du texte écrit par Dieudonné NIANGOUNA, que la pièce est plus profonde qu’une simple histoire. « M’appelle Mohamed Ali » est en fait lire la suite …

Edition 2020

Buja Sans Tabou (Day 3) : Bienvenue à Ngagara !

Quoi de plus beau que le théâtre pour raconter une histoire ? Surtout si celle-ci parle d’un quartier aussi symbolique Ngagara ! Lors de la 3e journée du festival Buja Sans Tabou, la troupe des Enfoirés de Sanoladante a rendu hommage à ce quartier à l’histoire riche, dans une pièce mêlant nostalgie et interrogation. Un voyage dans les méandres d’un passé entre gloire et désillusion, dont les vestiges prennent vie dans la fierté des habitants de Ngagara.

Bienvenue à Ngagara

Pour la réputation qu’ils trimballent, c’était assez étonnant de voir les habitants de Ngarara répondre en masse à une représentation théâtrale. Quoi qu’il en soit, ils étaient nombreux à se présenter dans la salle de spectacle de l’espace CECINGA, pour un spectacle qui parle de leur quartier. La pièce aura le mérite de peindre un tableau fidèle de Ngagara et de ses habitants.

Ecrite par Laura Sheila INANGOMA et mis en scène par Josué MUGISHA, lire la suite …

Edition 2020

Buja Sans Tabou (Day 1) : Bwiza, là où on s’aime malgré la différence

Ça y est ! Le festival Buja Sans Tabou a ouvert ses portes. Pour le spectacle d’ouverture, c’est la mythique boite de nuit « 5 sur 5 » dans le quartier de Bwiza qui a été le point de départ avec la pièce « Kambe ». Une belle histoire entre origine, culture et amour. Une magnifique définition de Bwiza avec tout ce qui fait son charme. Le charme légendaire d’un quartier où le « vivre et laisser vivre » se conjuguent à la perfection.

On comprend mieux

En sortant de 5 sur 5, après la représentation, on est comme illuminé. On vient enfin de comprendre pourquoi ce quartier est aussi particulier. Pourquoi ses habitants semblent, d’une certaine manière, être différents de tous les autres. On comprend mieux pourquoi ils sont ouverts d’esprit et accueillent à bras ouverts ceux qui viennent vers eux.

Comment ne pas s’ouvrir à l’autre et accueillir l’étranger lorsqu’on sait que les premiers habitants de ce quartier étaient venus d’ailleurs. Ils étaient congolais, maliens, sénégalais. Travaillant pour le colon, ces « nègres* » de champs et de maison ont été accueilli sur une terre qui n’était pas la leur, une terre que l’on a bien voulu leur concéder. Et au fil des ans, ils en ont fait leur maison, leur foyer, leur « chez eux ». lire la suite …

Edition 2020

Buja Sans Tabou 2020 : pourquoi connaître Manhattan mieux que Bwiza ?

Pourquoi dire les choses, lorsqu’on peut tout simplement les montrer ? C’est la question que je me suis posé hier, 10 février, en assistant à la conférence de presse qui lançait les travaux de la 4e édition du festival Buja Sans Tabou. Une rencontre particulière entre les acteurs du théâtre burundais et la presse. Particulière parce qu’au-delà du fond (entendez par là, le message qu’il fallait transmettre), c’est la forme qui m’aura marqué ce matin-là. Alors que la place est souvent donnée aux mots savants et logiquement construits dans ce genre de rencontre, pour Buja Sans Tabou, c’était le théâtre et le jeu d’acteur qui avait pris la parole.

Transformant le siège de Buja Sans Tabou en une immense scène multiforme, ils auront réussi à capter mon attention par la lire la suite

Edition 2020

Immersion dans les coulisses de Buja Sans Tabou 2020 (Part I)

21 mois ! Voici le temps que Freddy SABIMBONA et ses compagnons ont pris pour préparer la prochaine édition du festival « Buja Sans Tabou ». 21 mois de réflexion, de recherche, de travail acharné pour livrer, du 17 au 22 février prochains, la 4e édition d’un festival de théâtre qui repousse les limites de ce que l’on avait déjà vu. Sorti des salles pour arpenter les rues, « Buja Sans Tabou » ose proposer une approche différente de celle que l’on a toujours eu à propos du théâtre. L’on aurait envie de savoir comment se prépare un évènement comme celui-ci. Un de ceux qui sortent du commun. Et poussé par note curiosité, nous sommes allé voir. Nous avons passé du temps avec eux et même si nous n’avons pas tout compris du fonctionnement de l’esprit d’un artiste dans son processus de création, nous avons tout de même appris une chose. C’est que lorsqu’on le veut vraiment, on peut tenter l’impossible. Entrons ensemble dans les coulisses de cet évènement au visage particulier.

« Silence, ça crée… »

Lire la suite …

Actualités

Buja Sans Tabou/Février 2020 : Le théâtre à l’assaut de l’histoire du Bujumbura

Lors de sa 3e édition, en 2018, le festival de théâtre « Buja Sans Tabou » avait lancé un concept encore méconnu à l’époque. Celui d’amener le théâtre vers le public. Un concept assez innovant qui aura eu le mérite d’ouvrir les portes de cet art, considéré comme un « art réservé aux élites » au citoyen lambda. Pour sa 4e édition, il pousse le concept encore plus loin en faisant la jonction entre théâtre et histoire, le tout au cœur de la cité. Une façon de rallier les habitants des quartiers les plus anciens de Bujumbura à leur histoire, souvent méconnue du grand public.

Edition 2020

Histoire : Bujumbura, pas si petite que ça (1ère Partie)

Elle est peut-être petite, me direz-vous, mais elle a une grande histoire. Elle, c’est notre belle ville de Bujumbura. Depuis les premiers bâtiments érigés par les colons allemands et belges à l’installation des quartiers populaires, “Buja” comme nous aimons bien l’appeler, trimbale avec elle une histoire aussi riche que grande. Une histoire qui mérite d’être racontée, écrite et léguée à la postérité. Histoire de partager à la jeunesse la belle idylle de cette ville dont le cœur bat depuis plus d’un demi-siècle.

Dans le cadre de sa 4e édition qui se tiendra en 2020, le festival Buja Sans Tabou a décidé d’initier une série de rencontres s’articulant sur l’histoire de la ville de Bujumbura et de ses quartiers. Le festival devant se dérouler dans différents quartiers de la ville, quoi de mieux que de connaitre l’histoire profonde de ces quartiers où nous sommes nés et avons grandi. Et pour connaitre cette histoire, Sylvestre Ndayirukiye (géographe), Juvenal Ngorwanubusa et  Domitien Nizigiyimana (Professeurs de littérature) ont raconté ce qu’ils savaient de l’histoire de la ville de Bujumbura. Et le moins que l’on puisse dire, lire la suite …

Edition 2018

Vers une renaissance du théâtre au Burundi?

Le vendredi 9 mars se tenait à l’Institut Français du Burundi la représentation de la pièce «Umugore n’Umugabo». Une pièce originale écrite par Laura Sheila Inangoma et mise en scène par Freddy Sabimbona qui a connu un véritable succès auprès du public au point d’être jouée à guichet fermé. Un fait rare dans le monde du théâtre au Burundi. Devant un tel engouement, surtout d’un public jeune, on se doit de se poser la question de savoir si nous assistons à une renaissance du théâtre.

Le théâtre semble séduire de nouveau le public burundais, le succès de la pièce «Umugore n’Umugabo» en est un parfait exemple. De nombreuses personnes et surtout les jeunes sont de plus en plus attirés par les représentations et cela n’est que pour plaire aux acteurs, auteurs et metteurs en scène qui ont bien longtemps souffert d’un certain manque d’intérêt du public pour le théâtre. Une jeunesse qui semble trouver dans le théâtre burundais de nos jours une quantité de thématiques qui leur parlent et suscitent donc son intérêt.

Un autre exemple marquant de l’attirance du public pour le théâtre et la belle campagne qui se fait autour de la pièce «L’œil du cyclone» de la troupe «Les enfoirés de SANOLADANTE» lire la suite …

Commentaires récents
    About Exponent

    Exponent is a modern business theme, that lets you build stunning high performance websites using a fully visual interface. Start with any of the demos below or build one on your own.

    Get Started
    Instagram

    [instagram-feed]

    Privacy Settings
    We use cookies to enhance your experience while using our website. If you are using our Services via a browser you can restrict, block or remove cookies through your web browser settings. We also use content and scripts from third parties that may use tracking technologies. You can selectively provide your consent below to allow such third party embeds. For complete information about the cookies we use, data we collect and how we process them, please check our Privacy Policy
    Youtube
    Consent to display content from Youtube
    Vimeo
    Consent to display content from Vimeo
    Google Maps
    Consent to display content from Google
    Spotify
    Consent to display content from Spotify
    Sound Cloud
    Consent to display content from Sound
    Get a Quote